18 mars 2013

Article du 14 mars pour le film "the Sessions"

A propos de l’article du …

Notre dernier article : « Allez au cinéma ! » a très rapidement suscité une réaction, qu’il serait malvenu de ne pas reprendre ici, puisqu’il se termine par : « Les parents d’enfants en situation de handicap se mobilisent pour que le sujet soit débattu ».

Notre lecteur écrit : «  … je n’irai pas voir ce film dont vous faites l’apologie, car je trouve malsaine la vague mercantile soulevée par « Intouchables » autour du handicap … »

« Qui plus est l’assistance ou l’aide à la sexualité des personnes handicapées sont des choses trop graves pour être évoquées de façon romancée à la vue du grand public sur tous les écrans du monde, d’autant que rien ne prouve qu’il s’agisse là d’une vraie solution ».

*******

A votre première remarque, nous répondrons que si effectivement, la marchandisation du handicap est inadmissible, il ne faut pas systématiquement tout diaboliser. Sachons parfois voir et regarder le bon coté des choses. Il est important de parler du handicap à condition que chacun veille à ce que ce soit bien fait et bien dit. Qui souhaiterait revenir au temps où les enfants qu’on disait anormaux n’avaient d’autre espoir qu’une vie de reclus ?

Quant à l’assistance sexuelle, c’est comme nous le reconnaissons un sujet délicat qui touche à l’intime et à la morale, mais fait parfois parler à tort. Pour certains il s’agit « d’aide, d’assistance » et d’autres « de prostitution ».

Pour nous, à ce jour une certitude l’emporte, la situation ne peut plus rester en l’état, osons passer outre les tabous et proposer des solutions !

A cette fin, notre association participe à un collectif inter associatif « CH(s)OSE » qui réfléchit sur le sujet.

Le GNP

Le site de l’association CH(s)OSE : http://www.chs-ose.org/

14 mars 2013

Cinéma

Allez au cinéma !

Mercredi 6 mars est sorti un nouveau film ou le personnage principal est une personne en situation de handicap.

Ce film, « The sessions » ou « les séances » (en français) traite du sujet encore tabou de l’assistance ou l’aide à la sexualité des personnes handicapées.

François Hollande, candidat, s’était engagé à en débattre.

Le métier d’assistant sexuel existe aux Etats-Unis depuis 1980. Il existe aussi dans les pays d’Europe du Nord, en Allemagne, en Suisse ou en Italie.

C’est un sujet délicat qui fait parler certains « d’aide, d’assistance » et d’autres « de prostitution »…

Le film est l’histoire de Marc, un homme paraplégique, qui fait passer une petite annonce afin de rencontrer une personne pouvant l’aider à perdre sa virginité.

Il rencontrera 4 fois la jeune femme ayant répondu. Ils mettront fin à leurs rencontres d’un commun accord.

A partir de cette expérience, Marc aura une autre image de lui-même et renverra cette autre image aux autres.

Cela changera sa vie et lui permettra de rencontrer sa compagne.

La sexualité est encore un problème pour beaucoup de personnes et plus fréquemment pour nos enfants en situation de handicap.

Nous sommes conscients de leur frustration et cela nous affecte par voie de conséquence.

Il parait important que notre société pose ce problème et trouve des solutions exprimées clairement.

Les parents d’enfants en situation de handicap se mobilisent pour que le sujet soit débattu.

18 mars 2011

Ne restez pas seuls!

En réponse à la double question que nous posions ici le 4 mars dernier à propos du grand nombre de chaises vides lors des réunions de parents, la première réaction est d'évoquer la lassitude voire la démotivation. Il s'agit certainement là de vraies raisons, mais il serait injuste d'en rester là.

Car, l'un des principaux motifs est que les parents n'ont pas le temps de sortir de l'autoroute où ils sont coincés entre le travail, la famille, les démarches administratives et les multiples soucis à gérer au quotidien. Il ne leur reste pas la possibilité d'emprunter d'autres routes pour découvrir des lieux de rencontres.

Ont-ils seulement le temps de réaliser qu'ils assurent bien souvent la fonction d'aidant familial ? - Même pas, ils ont le sentiment de n'accomplir que « leur devoir » par amour, un point c'est tout.

Loin de nous l'idée de les blâmer, nous voulons seulement leur rappeler qu'ils ne sont pas seuls, qu'il existe des groupes constitués et que le GNP de l'APF en est un parmi tant d'autres.

C'est vrai, notre démarche associative ne concerne pas que les familles, mais n'est-ce pas là une force pour avancer ensemble sans critère d'âge ni de situation ?

Alors aux questions qui ont pu vous surprendre hier, nous répondons : Un soutien concret vaut mieux qu'un soutien tacite et des parents par centaines sont plus fortes que quelques isolés.

Parce que nos enfants le valent bien, nous vous disons, rejoignez d'autres parents, ne restez pas seuls, nos délégations départementales sont là pour vous accueillir ou vous aiguiller si nous ne sommes pas en mesure de répondre à vos attentes.

Le GNP