09 mars 2016

8 mars : Journée des droits de la femme

Qu’avez-vous fait de particulier hier, 8 mars ?

- Peut-être rien, mais après tout qu’importe car, hier comme aujourd’hui et demain, hier ne comptait que 24 heures. C'est-à-dire bien peu au regard du sujet qui était mis en exergue. En effet : c'était la journée des droits de la femme. Nous disons bien des droits,  et non pas comme beaucoup l’on dit, écrit ou  pensé la « simple » journée de la femme.

Parents d’enfants en situation de handicap nos filles seront ou sont déjà des femmes et nous sommes en droit de nous interroger sur leur avenir en temps que telles. Et vous les mamans, êtes vous certaines que la société vous assure la place qui devrait être la votre, trop absorbées que vous êtes au quotidien et préoccupées de leur avenir incertain ?

La présidente de  COFACE-Handicap*, membre de l’APF a publié à ce sujet une tribune : « 1 jour pour fêter les droits de la femme, 364 jours pour en rêver ».  Vous trouverez ce texte ci après  ou en suivant le lien : Tribune : « 8 mars : 1 jour pour fêter les droits des femmes ...

Mesdames ne baissez pas les bras, gardons courage et espoir.

Le GNP

*COFACE : Confédération des organisations familiales de l'union européenne


8 mars : 1 jour pour fêter les droits des femmes, 364 pour en rêver…

 

Le simple fait d’être une femme peut nous condamner à être maltraitée dans les sphères
privées, publiques, en Europe et sur la scène internationale. Etre femme et handicapée nous
condamne à être plus encore, objet de violences.

Nous sommes au 21ème siècle et…

Il existe des pays, dits modernes, qui pratiquent une politique de stérilisation forcée des
enfants et des femmes handicapés.

Il existe des centaines de femmes, handicapées ou pas, réfugiées, laissées pour compte et qui
n’accèdent pas à l’aide humanitaire. Il existe des centaines femmes, handicapées ou pas, victimes d’enlèvements, d’esclavage et de tortures.

Il existe des dizaines et des dizaines de rapports qui nous disent combien les femmes et
particulièrement quand elles sont handicapées, sont souvent exposées à la violence sexuelle,
aux abus domestiques, aux agressions physiques et psychologiques. Et à la mort.

Il existe un monde où le 8 mars, une fois par an, c’est la fête des femmes !

Quelle ironie !


Nous sommes au 21ème siècle et…

Dans ce monde qui va mal, les femmes sont les premières victimes des crises qui nous
traversent. Moins payées, plus facilement licenciées, plus pauvres, en moins bonne santé,
devant aider leurs proches, etc., c’est comme si nous faisions un déni d’humanité à leur
égard. Sinon pourquoi ?


Les obstacles qui empêchent les femmes valides ou handicapées de jouir de leurs droits
sont-ils si profondément ancrés dans nos sociétés ?

L’égalité et l’accès aux droits pour les femmes seraient-ils une utopie ?

Ce 8 mars 2016, « Journée internationale des droits des femmes » nous permet de lever un silence assourdissant sur leur condition ; elle est une occasion renouvelée de dire notre indignation sur leur situation, qu’elles soient valides ou non, mères ou non, mais toujours opprimées,
forcées au mariage, maltraitées, mutilées, violées, vendues, enfermées, battues, abattues,
..., partout dans le monde, sans que rien ne change vraiment si ce n’est en s’aggravant.

Cette journée des droits des femmes permet aussi de se déclarer solidaires de toutes celles qui osent témoigner, parfois au risque de perdre leur vie, des violences subies à nos frontières et à nos
portes. Qui nous disent qu’elles n’ont pas d’avenir personnel tant que cette cause n’aura pas
été vraiment entendue, puisque c’est tout l’avenir des femmes qui est en question, au delà
d’elles-mêmes.
Mais j’aimerais que l’indignation dont nous sommes capables se prolonge en actes éducatifs
permanents et… en 365 « jours des femmes » par an, il faut bien cette attention pour
entamer plus de 2000 ans d’indignité à notre égard.

 

Chantal Bruno, Présidente de Coface-Handicap, Association des paralysés de France

Les commentaires sont fermés.