16 novembre 2016

Etudiants handicapés et étudiants tuteurs

Attention : Demain dernier délai pour s'inscrire à nos JOURNÉES NATIONALES. Toutes les informations se trouvent en haut à droite de cet écran

PHARES* : Par delà le handicap avancer et réussir des études supérieures

Vos enfants sont ou vont être étudiants, avez-vous entendu parler du programme PHARES et des Etudiants tuteurs ?

Le tutorat, c'est avant tout une rencontre. Une rencontre entre jeunes valides et jeunes qui ont une déficience (motrice, sensorielle, cognitive ou autre) qui les met en situation de handicap dans la vie de tous les jours et/ou dans le cadre de leurs études.

Les tuteurs sont là pour :

  • accompagner des jeunes en situation de handicap afin qu'ils prennent conscience que leur différence peut être une force et qu'ils ont tous les atouts pour trouver leur place dans la société.
  • Contribuer à changer le regard sur le handicap et à construire un monde où chaque jeune a les mêmes chances de réussir.

Ils s’engagent sur la base du volontariat pour une durée moyenne d’un an, ils sont formés et accompagnés tout au long de l’année dans leur mission. 

Si vous ou vos enfants êtes intéressés par le tutorat, et que vous souhaitez en savoir plus sur PHARES, contactez Cora Cohen, responsable de l'essaimage du programme PHARES au sein de la FÉDÉEH : 01 82 28 43 94 ou cora.cohen@fedeeh.org

*Pour connaitre le programme PHARES : http://www.programme-phares.fr/

 

20 juillet 2016

Penser à la rentrée ?

L’information peut paraître « mal venue » et prématurée en ce mois de juillet, mais elle peut être aussi fort utile pour que vous ne soyez pas pris de court en septembre.

Le ministère de l'Éducation nationale propose un outil en ligne pour connaitre dès à présent les horaires spécifiques de l'école de votre enfant : le site web du ministère de l'Éducation nationale

Vous y trouverez les éléments concernant les écoles maternelles et élémentaires publiques qu’ils fréquenteront à la rentrée de septembre 2016.

Vous le savez sans doute l'organisation du temps scolaire se fait maintenant à partir de nouveaux principes depuis la rentrée 2014 :

  • étalement des 24 heures d'enseignement hebdomadaire sur 9 demi-journées qui incluent le mercredi matin,
  • journée de 5 heures 30 maximum, demi-journée de 3 heures 30 et pause méridienne de 1 heure 30.

Ces horaires sont fixés par le directeur académique au niveau du département mais le maire de la commune peut les modifier si les circonstances l'imposent.

Pour plus de précisions, bien sûr, ne ratez pas la réunion de rentrée qui vous permettra notamment de vous informer sur les activités périscolaires.

Cette parenthèse, si l’on peut parler de parenthèse, refermée, le GNP-APF vous souhaite le meilleur des étés possible.

16 juillet 2016

Transport scolaire des enfants handicapés

Projet de loi relatif au transport scolaire : Un changement d’importance.

En août 2015, l’un des volets de la loi NOTRe* prévoyait, sans concertation préalable avec les associations et le CNCPH** qu’à compter du 1er septembre 2017, la compétence transport scolaire incomberait aux régions et non plus aux départements mis à part le transport scolaire  des personnes handicapées du fait de son caractère social et de l’intérêt de conserver aux usagers handicapés un interlocuteur unique. Notre association*** avec d’autres sans doute avait réagi considérant que :

  • Handicapés ou non tous les élèves devaient bénéficier d’une égalité de traitement
  • Il était hors de question que les régions se dédouanent de mise en accessibilité des transports en laissant au département l’organisation des transports « spécialisés ».

Avec le projet de loi présenté au Sénat au mois de mai, les arguments avancés par le législateur en 2015 son battus en brèche car ils faisaient un amalgame erroné entre les conseils départementaux et les MDPH. Il fait état à juste titre du  transfert du département vers la région de la compétence transport scolaire des personnes handicapées aux prétexte que :

  • La dissociation de ces différentes formes de transport public s’avèrerait techniquement compliquée et économiquement irrationnelle
  • La compétence transport scolaire des personnes handicapées ne se limite pas à une simple prise en charge financière mais nécessite les capacités d’une organisation générale des transports.
  • Dissocier la compétence transports scolaires de la compétence transport spécial des élèves handicapés constituerait une erreur qui affecterait le bon fonctionnement du service public,
  • et comme nous l’avions écrit : stigmatiserait encore plus les élèves en situation de handicap.

Alors, parents soyons optimistes et souhaitons que ce projet de loi aboutisse dans l’objectif d’une société plus inclusive.

 

* Nouvelle Organisation Territoriale de la République : La réforme territoriale | Gouvernement.fr

** Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées : Conseil national consultatif des personnes handicapées — Wikipédia

*** l’APF : apf.asso.fr - APF‎