21 mai 2017

Cinéma et Handicap

A suivre si vous êtes dans le coin, mais aussi à faire connaitre pour susciter des émulations.

Les dispositions indispensables à l’accueil de tous les publics ont été prises : salle de projection entièrement accessible aux Personnes à Mobilité Réduite (PMR), films sous-titrés en français, audio description, boucle magnétique, présentation des séances en Langue des Signes Française (LSF) par l’URAPEDA, sous-titrage simultané des débats…

Mais de quoi s’agit-il ? – Du festival « Entr’2 Marches» tout simplement.

 

 

Pour la 8ème année consécutive, la délégation des Alpes Maritimes de l’Association des Paralysés de France (APF) présente le Festival International « Entr’2 Marches».  Avec le soutien d’une Marraine d’exception, l’actrice, scénariste et réalisatrice Chantal LAUBY ainsi que de nombreux partenaires, ce Festival met à l’honneur les personnes en situation de handicap. Le Jury 2017, composé de personnes aux divers handicaps (moteur, sensoriel et mental) sera présidé par Noémie CHURLET, comédienne sourde.

 

En parallèle du Festival de Cannes, le Festival « Entr’2 Marches » aborde le thème du handicap à travers la réalisation et la production de courts-métrages. Qu’il s’agisse de fictions, reportages, documentaires, films de communication, films d’ateliers et gestes audiovisuels amateurs, 37 courts-métrages représentant 27 pays composent la sélection officielle du Festival 2017 !

Pour assister aux projections, débattre et échanger… rendez-vous : du dimanche 21 au vendredi 26 mai Salle de spectacle - 45, rue de Mimont à Cannes (gracieusement prêtée par la Ville de Cannes)    

Toutes les séances - animées par François LAPEROU – sont gratuites et suivies du vote du public, puis de la délibération du Jury.  Réservation en ligne sur le site du Festival http://entr2marches.fr/

17 mai 2017

Freiner l'exil des personnes handicapées vers la Belgique

Peut-être avez-vous lu l’article paru dans la revue Faire face sous le titre : Pas assez de moyens pour freiner l’exil en Belgique des personnes handicapées. Dans la négative, nous vous invitons à en prendre connaissance : http://www.faire-face.fr/2017/01/06/exil-belgique-personnes-handicapees/ .

Même si cet article s’achève sur un constat plutôt optimiste en affirmant chiffres à l’appui que les situations critiques débouchent rarement sur un départ en Belgique, il ne manque pas déplorer à partir d’un rapport sénatorial que les sommes allouées (5 millions d’euros) pour créer des places de proximité sont insuffisantes, et que l’expatriation est humainement inacceptable et économiquement insensé.

Mais ce qui nous a le plus étonné et qui mérite que le débat soit ouvert, c’est le commentaire d’un lecteur ou d’une lectrice qui affirme à propos des personnes accueillis en Belgique : « ceux qui y sont n’ont plus envie de revenir ».

Il faut dire, qu’apparemment la personne n’habite pas trop loin de la frontière …

Nous attendons néanmoins  vos réactions.

A noter que FAIRE FACE est accessible en permanence depuis ce blog grâce au lien à droite de cet écran 

13 mai 2017

Le macaron de stationnement est remplacé

Fini le macaron bleu de stationnement, une carte unique « mobilité-inclusion » va le remplacer.

Une nouvelle carte remplaçant les cartes d’invalidité, de priorité et de stationnement est dès à présent, en principe, disponible. Elle devrait éviter les fraudes.

En effet depuis le 1er janvier il existe une nouvelle carte dite : « mobilité-inclusion » destinée à remplacer les cartes d’invalidité et de stationnement.

Le décret a été publié le 27 décembre au Journal officiel. Il répondrait à un engagement pris par le Président de la République lors de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014. 

Cette nouvelle carte, annoncée comme « sécurisée et infalsifiable » est moins grande que les cartes actuelles. Elle devrait pouvoir être fabriquée rapidement. Le flashcode intégré permettant de vérifier la validité de la carte et son titulaire devrait mettre fin aux fraudes.

Dans la pratique, la carte pourra comporter plusieurs des mentions : invalidité, priorité et stationnement.

  • Invalidité, attribuée aux personnes ayant un taux d’incapacité d’au moins 80 % ou bénéficiant d’une pension d’invalidité classée 3e catégorie.
  • Priorité, pour les personnes ayant un taux d’invalidité inférieur à 80 % et pour lesquelles la station debout est pénible. Ces deux mentions permettront un accès prioritaire aux places assises dans les transports en commun, les salles d’attente, les établissements publics, la priorité dans les files d’attente ainsi que d’éventuelles réductions.
  • Stationnement, concerne les personnes atteintes d’un handicap réduisant sensiblement leur capacité de déplacement à pied. Elle permettra d’utiliser les places de stationnement ouvertes au public.

En cas de détention par la même personne des critères «  stationnement » et « invalidité ou priorité », deux cartes seront fournies de façon à ce que l’une puisse rester sur le pare-brise de la voiture.

Autre avantage annoncé : la fin de la fabrication des cartes papier par les Maisons départementales des personnes handicapées devrait permettre aux MDPH de mieux se concentrer notamment sur l’accueil des personnes et des familles, l’information et l’orientation. 

Les cartes actuelles peuvent encore être utilisées jusqu’en 2025 mais elles vont progressivement être remplacées.

La question du GNP : Est-ce à dire aussi des délais moins longs pour les autres demandes ?