Vie du GNP

  • APF change de nom, mais parents nous restons !

    APF-190418.jpgChers lecteurs, habitués, ou simplement de passage,

    Nous vous informons, que notre association : l’Association des Paralysés de France vient de changer de nom et devient APF France handicap. Un changement qui s’il entérine une évolution européenne, veut avant tout, en affichant clairement « le handicap », souligner une démarche pour une inclusion généralisée fruit d’une mise en avant permanente des droits fondamentaux.

    Depuis sa fondation en 1933, l’association n’a eu de cesse d’évoluer en accompagnant, représentant et défendant les droits de personnes en situation de handicap et de leur famille. Elle compte aujourd’hui sur le territoire français plus de 550 structures (délégations, établissements et services médico-sociaux, entreprises adaptées).

    Ce nouveau nom traduit l’ouverture, déjà entamée à tous types de handicap, au-delà du handicap moteur, tout en gardant son essence : avec et pour les personnes en situation de handicap et leurs proches !

    Vous qui nous suivez ou nous découvrez, nous vous invitons à en savoir plus sur notre association et ce changement d’identité en consultant notre site internet accessible désormais sur www.apf-francehandicap.org.

    Et pour tout connaitre sur notre Groupe National de Parents (GNP), cliquez sur MENU en haut à droite de l’écran, puis sur ACCOMPAGNER, puis sur PARENTS et enfin sur PARENTS D’ENFANTS HANDICAPES. ou plus simplement suivez le lien : https://www.apf-francehandicap.org/accompagner-handicap/parents-enfants-situation-handicap-2275

    Notre combat pour une société inclusive et solidaire continue et nous avons besoin de vous. 

    Parents, soyons toutes et tous APF France handicap !

  • Le Groupe national APF des parents d'enfants handicapés vous présente ses vœux

     

    500_F_169363612_Z4MV1a11ctC1NcwKFng1KbZp1XhUbeZ1.jpg

    Il y a 330 ans, presque jour pour jour,  Madame de Sévigné écrivait : "Que cette année vous soit heureuse, que la paix, le repos et la santé vous tiennent lieu de fortune".

    Que pouvons-nous souhaiter de plus aujourd’hui ? – Le clavier a remplacé la plume et les lettres ont cédé la place aux courriels, mais dans leur ensemble les vœux peuvent rester les mêmes.

    Parents, malgré la spécificité de nos soucis osons nous offrir le temps de  vœux  normaux, avec la sincérité comme fil conducteur et  toile fond.

    Sans être résignés, nous avons  l'habitude de rester dans le réalisable,  mais que ce serait agréable si 2018 pouvait répondre à quelques unes de nos revendications : une PCH réaliste, des démarches administratives allégées, une vraie reconnaissance de notre statut encore bien précaire, sans oublier les transports et la scolarité...
    La période y est tout à fait propice, alors autorisons nous quand même à rêver un peu comme nous l’avons fait pour nos enfants lors de nos journées nationales 2016 à Arcachon.

    Mais comme nous ne sommes pas non plus trop habitués aux cadeaux : N'arrêtons pas de nous mobiliser. L’optimisme et la ténacité finiront bien par payer et notre succès prouvera que ce n’était pas de l’entêtement.

    Au nom du GNP l’équipe du blog vous souhaite une bonne année 2018 à partager avec vos enfants, vos proches et tous ceux qui vous sont chers.

  • Bon Noël malgré tout

    joyeux-noel-231.gif

    En cette période, beaucoup de villes et de villages, revendiquent leur marché de Noël, démultipliant un peu partout dans les rues cette fête que certains préfèrent partager dans l’intimité du chez eux.

    Bon Noël, mais au-delà de la fête ne faudrait-il pas rejoindre Calvin Coolidge, ancien président des Etats Unis d’Amérique, qui prétendait : « Noël n’est ni un jour ni une saison, c’est un état d’esprit ». Un esprit de fête certes qu’il fait bon partager, mais qui, malgré tout prolonge assez amèrement celui que l’on côtoie tout au long de l’année. Que pensent nos enfants depuis leur fauteuil en passant devant des chalets enluminés conçus pour des valides et ne leur laissant entrevoir que le dessous des comptoirs trop hauts.

    Parents, combien d’obstacles faut-il éviter et sur combien d’orteils devons nous rouler, pour tenter d’aller nous asseoir quelques instants en dérangeant tout le monde autour des tables trop serrées.

    Mais nous avons l’habitude … Alors puisque la fête est là avec sa magie, il serait dommage de la gâcher  et de risquer d’en priver nos enfants. Noël ce n’est qu’une fois par an.

    Mais quand même, quand est ce que la société leur offrira tous les atouts pour un Noël normal ? – Les avancées sont incontestables, mais il est bien trop tôt pour s’en contenter.

    Bon Noël et bonnes fêtes à vous tous !

    Le GNP-APF