Aidants familiaux

  • Un appel à projets pour les aidants

    Un appel à projets pour les aidants.

    Parents aidants, nous faisons partie de ces 8 à 10 millions d’aidants familiaux qui bien souvent galèrent au quotidien et voient, en ce qui nous concerne,  leurs besoins évoluer avec l’âge de leurs enfants.

    Bien souvent arrive un jour où il faut choisir entre garder nos grands enfants  au domicile ou les orienter vers un établissement spécialisé avec les difficultés que cela représente, ne serait ce que dans la quête de cet établissement.

    Beaucoup d’entre nous sont demandeurs de solutions alternatives et s’interrogent : « Quel lieu de vie demain pour mon fils ou ma fille ? – C’était d’ailleurs le thème de nos JNP 2017 (Journées Nationales des Parents).

    Où nos enfants pourraient-ils se sentir chez eux, tout en bénéficiant d’une aide professionnelle de qualité et d’un véritable environnement social.

    Dans le principe, ce ne sont pas les idées qui manquent, mais dans la pratique, c’est une autre paire de manches. Il faut du temps, de l’argent, de la persuasion, de la pugnacité et bien plus encore, même si le mot « désinstitutionalisation* » perd petit à petit son image de néologisme barbare.images?q=tbn:ANd9GcRWWrXledUZ6gYtYhqPtUgurer9pVgkI3lpsRYMW0NAFIG_WV-eSQ

    Dans cette optique pour un habitat partagé et accompagné, c'est-à-dire : un grand logement en colocation ou plusieurs logements regroupés avec des espaces communs, les Aidants Concepteurs d’Habitats Partagés et Accompagnés (LACHPA) lancent en partenariat avec AG2R un appel projet qui peut nous intéresser. Si c’est votre cas, allez vite faire un tour sur : www.lachpa.fr.

    Après le 14 juillet, il sera trop tard

    *A noter que la désinstitutionalisation sera au cœur de nos prochaines JNP à Strasbourg en Février prochain.

  • Congé pour les parents et les aidants - Une directive européenne

    ue.pngLe conseil de l'Union européenne vient d’adopter une directive relative à l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée des parents et des aidants.

    Elle prévoit une base de cinq jours de congés par an pour s'occuper d'un proche dépendant et il appartiendra au gouvernement de confirmer et adapter cette directive au niveau national. La Ministre du travail aurait assuré vouloir s’en occuper.

    Au-delà du congé il est prévu pour les aidants la possibilité de formules souples de travail, telles que le télétravail.

    Et, pour tous les parents d'enfants de moins de douze ans, il est prévu en sus des adaptations de pouvoir décaler le congé parental ou de le fractionner.

    Un plus appréciable, lorsque le handicap de l'enfant n'est pas encore reconnu avec des besoins apparaissent tardivement ou dans des situations exigeant un accompagnement complexe. 

    A ce jour, 51 associations dont la notre, APF/ France handicap ont écrit au Président de la République pour soutenir cette directive : 

    https://www.unaf.fr/IMG/pdf/lettreassociationsmacron1642018_final.pdf

  • Du baluchonnage au relayage - projet de loi

       

     C’est aujourd’hui presque un lieu commun de dire que l’aidant est un acteur incontournable du soutien à domicile. Les proches aidants sont souvent mis à l’épreuve. Le rôle de l’aidant est difficile, souvent anxiogène. Il est constamment renvoyé à ses difficultés : la fatigue, le manque de temps, la souffrance de l’aidé, le manque de loisir, l’isolement,…

    Un projet de loi en cours, s’attache au répit des aidants familiaux.

    Il imagine un dispositif de répit continu à domicile : le relayage. Il permettrait                          à un professionnel volontaire de remplacer un aidant à domicile plusieurs jours d'affilée. En fait, et pour des questions juridiques,  il s’agit de l’appellation française du baluchonnage.

    Le projet plutôt pour l’instant envisagé sous forme d’expérimentation ne devrait pas limiter le relayage au domicile. Les relayeurs pourraient aussi intervenir lors des séjours de répit aidants-aidés.