18 février 2015

Handicap - Etablissement - Listes d'attente ...

Quelques pistes de réflexion, qui nous concernent plus particulièrement, nous parents, parmi celles proposées dans une étude : « Etat des lieux des listes d’attente concernant les enfants, les adolescents et les adultes en situation de handicap en région Centre » (CREAI Centre : Aurore Duquesne, Séverine Demoustier. Décembre 2014)

  • Réexaminer l’équilibre des places d’IME, d’ITEP et de SESSAD en fonction des besoins repérés.

  • Adapter les agréments des ESMS en fonction des problématiques, des spécificités territoriales et des insuffisances repérées selon les départements. L’offre doit permettre de répondre au mieux aux besoins de la population de façon à ce que les familles ne soient pas trop éloignées géographiquement.

  • Développer des dispositifs innovants adossés à des structures existantes et adaptés au territoire pour répondre aux besoins d’autonomie des jeunes sous « Amendements Creton » et faciliter ainsi le passage au secteur adulte.

  • Tendre à une plus grande cohérence dans les pratiques des MDPH et des ESMS en matière de critères d’admission

  • Limiter les ruptures de parcours des personnes en situation de handicap en modulant l’accueil en structure (accueil séquentiel de type temps partiel, accueil de nuit, de week-end…) et en favorisant la complémentarité dans le parcours des personnes entre l’hébergement, l’accès aux soins et le travail en ESAT par exemple. Ne plus raisonner en termes de places mais en logique de parcours de la personne en situation de handicap.

  •  Etablir ou consolider le lien entre les structures médico-sociales (Foyers d’Hébergement, Foyers de vie…), sanitaires (SSIAD, hôpitaux de jour…) et sociales …). La mise en place de centres d’habitats qui rassemblent sur un même site un Foyer d’Hébergement, un ESAT, un SAVS... peut permettre d’obtenir une véritable complémentarité des structures médico-sociales afin d’assurer un accompagnement personnalisé.

  • Limiter les orientations sous contrainte de l’offre par défaut contribuant à accentuer le manque de places en ESMS et à rendre invisibles les besoins

  • Prendre en compte les demandes des familles ou des représentants légaux en lien avec les décisions d’orientation qui doivent être en adéquation avec les besoins et le parcours antérieur des personnes en situation de handicap.

  • Les familles sont confrontées à de multiples rappels de leur situation lors des différents entretiens alors qu’une simple confirmation de la situation pourrait leur être demandée

  • Face au « Zéro sans solution » permettre un parcours de vie sans rupture, pour les personnes en situation de handicap et pour leurs proches

  •  Mettre régulièrement en commun les informations entre les MDPH et les ESMS, afin d’améliorer la gestion et le suivi des listes d’attente dans les départements. Cette mise en commun doit être couplée avec un dialogue permanent et pérenne entre les différents acteurs.

  • Aboutir à une gestion informatisée et centralisée des informations, intégrée au système d’informations partagé en articulant ce travail avec le niveau national, en particulier avec la CNSA. Pour les MDPH, cet outil faciliterait la gestion des places vacantes dans les structures médico-sociales et permettrait de proposer une orientation réellement adaptée aux besoins.

Source : http://ancreai.org

Les commentaires sont fermés.