Vie du GNP - Page 5

  • Elections APF. Parents d'enfant handicapé soyez candidats

    APF : Spécial adhérents

    Election 2017 au conseil d’administration. Parents - adhérents, soyez candidat !

    Depuis le 05 janvier 2017 la campagne d’appel à candidature pour l’élection au conseil d’administration de l’APF est lancée. Les adhérents qui le souhaitent ont jusqu’au 03 mars 2017 pour se porter candidat. Parents, nous avons notre place et notre mot à dire. Un siège est à pourvoir. Alors, si le cœur vous en dit « candidatez ».

    Il vous suffit :

    • D’avoir du temps à consacrer à l’association et à notre cause de parents,
    • D’avoir plus de 18 ans,
    • D’être adhérent depuis au moins le 1er mars 2016, à jour de votre cotisation,
    • De jouir du plein exercice de vos droits civils et civiques.

    Vous pouvez dès maintenant demander votre dossier de candidature au Comité de pilotage de l’élection au conseil d’administration :

    • Par mail : elections-ca@apf.asso.fr
    • Par téléphone : 01 40 78 69 54 
    • Par courrier : APF - Service Développement Associatif - 17, boulevard Auguste Blanqui - 75013 Paris 

    Les membres du conseil d'administration

    • Contribuent
      1. A la définition et à la mise en œuvre des orientations politiques et financières de l’APF 
      2. Contribuent à l’amélioration de l’insertion sociale des personnes en situation de handicap et de leur famille 
    • Représentent l’APF dans des instances internes ou externes 
    • Participent à différents espaces de travail, de réflexion, de représentation et de décision
  • Education et scolarité -2017 Agir ensemble

    Education et scolarité vous intéressent tout particulièrement, alors donnez votre avis en suivant le lien :  #2017Agirensemble - Construisons notre programme - apf.asso.fr. Il s’agit avec EDUCATION & SCOLARITE, d’un des thèmes choisis par notre association dans sa consultation en vue des prochaines élections présidentielles et législatives.

     « …Ces élections ne semblent offrir aucune perspective d’amélioration d’une situation que l’on peut qualifier d’urgence sociale de masse… Des millions de personnes se retrouvent peu à peu exclues de toute vie sociale et citoyenne. Et aucune politique publique efficace n’est mise en œuvre pour y remédier. Plus grave, dans notre société, se diffuse l’idée que les droits des uns se gagnent aux dépens de ceux des autres. Une remise en cause de l’idée même de solidarité qui nous inquiète.

    Nous refusons ce piège ouvert où nos combats “personnels” ou “associatifs“, pris isolément, font le jeu de celles et ceux qui sélectionnent les souffrances, opposent des catégories de populations, détournent l’attention de l’enjeu fondamental qui nous concerne toutes et tous : vivre librement et décemment dans une société ouverte à toutes et tous, où chaque personne a sa place. C’est bien cette absence de perspective politique qui conduit l’Association des Paralysés de France à proposer aujourd’hui une véritable prise de parole citoyenne sur la société dans laquelle nous souhaitons vivre demain… Nous voulons construire, avec toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans ces valeurs, ces enjeux et dans cette démarche, un programme à l'intention des candidats locaux et nationaux, fondé sur la recherche collective de solutions."

    — Alain Rochon, Président de l'Association des Paralysés de France

  • Les personnes polyhandicapées sortent de l’ombre

    « Un volet s’ouvre et les personnes polyhandicapées sortent de l’ombre »

    Notre association communique :

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE de notre association :

    Onze ans après la reconnaissance du polyhandicap par la loi dite « handicap » du 11 février 2005, sept associations représentatives des personnes polyhandicapées et de leurs familles saluent l’émergence d’une politique publique dédiée à l’accompagnement des personnes polyhandicapées.  En effet, le volet national polyhandicap de la stratégie quinquennale de l’évolution de l’offre médicosociale, dévoilé aujourd’hui, ouvre la voie à une meilleure reconnaissance des droits des personnes polyhandicapées. Les associations soulignent la co-construction de ce volet élaboré à partir des propositions des associations, retravaillées en lien avec les agences et les administrations nationales.  Ses actions portent sur l’ensemble de la vie des personnes polyhandicapées et leur garantissent les mêmes droits que ceux de tout citoyen. Les associations restent vigilantes quant à la mise en œuvre de ce plan : les moyens et le calendrier doivent être à la hauteur des enjeux.

    Les associations (l’Association des paralysés de France, la Croix-Rouge française, le Groupe polyhandicap France, le Centre de Ressources Multihandicap, le Comité de Liaison et d'Action des Parents d'Enfants et d'Adultes Atteints de Handicaps Associés, le Comité d'Etudes et de Soins Auprès des Personnes Polyhandicapées et l’Association Ressources Polyhandicap Nord Pas-de-Calais) se réjouissent tout particulièrement de ce que les actions de ce volet ne s’arrêtent pas aux portes des établissements médicosociaux. En effet, elles s’intéressent à tous les domaines de la vie des personnes polyhandicapées, reconnaissant la poly compétence des personnes polyhandicapées, citoyennes à part entière.  Ainsi, les mêmes droits que pour tout un chacun sont reconnus aux personnes polyhandicapées : choix des lieux de vie et possibilités de modalités d’accueil diversifiées, droit aux apprentissages, à une scolarisation, à des loisirs, à des vacances, aux soins que nécessite leur état de santé, etc. Avec, compte tenu de la spécificité et de la complexité du polyhandicap et de son accompagnement, des adaptations et mesures de compensation incluant les aides humaines et matérielles nécessaires.  Autre avancée majeure, ce volet, intègre, à la demande des associations, un COPIL de suivi des mesures associant étroitement tous les acteurs.

    Si ce volet engage des actions attendues de tous, les associations appellent à la vigilance quant à sa réalisation. De  nombreuses actions demandent des moyens supplémentaires et des chiffrages sont à ce jour inaboutis : l’enveloppe annoncée de 180 millions d’euros sur 5 ans à partager avec l’autre volet portant sur le handicap psychique sera à l’évidence insuffisante, compte-tenu notamment de la nécessaire création de places  Il en est de même sur le calendrier de mise en œuvre : malgré des annonces ambitieuses, l’application effective de certaines mesures semble incertaine. Ainsi, en particulier le droit à la scolarisation, est conditionné à un diagnostic national et à un « énième » cahier des charges.

    Enfin, compte tenu de la grande dépendance des personnes polyhandicapées et des demandes des familles sans solution, les associations ne peuvent accepter que les créations de places, dont le besoin est extrêmement urgent soient soumises à des contraintes budgétaires rédhibitoires pour les personnes polyhandicapées et leurs familles.  

    Les associations souhaitent que le volet qui vient de s’ouvrir soit l’occasion d’investir durablement pour les droits des personnes polyhandicapées et la reconnaissance de leur pleine citoyenneté, quel que soit le contexte politique à venir.