Témoignages - Page 4

  • Hommage à Simone Veil

    Communiqué du GNP :

    Suite à l’annonce de la mort de Madame Simone Veil, les hommages sont unanimes et multiples à l’instar de celui de JL Borloo qui vendredi au JT de 20h reconnaissait chez elle : une vie consacrée à « lutter contre les souffrances et les humiliations ».

    Parents du GNP, aux cotés de notre association l’APF, nous saluons «la mémoire d’une humaniste engagée dans la défense des droits » … « qui s’est battue toute sa vie pour défendre les droits et la liberté de toutes et tous ».

    Aux cotés de tous ses engagements qui imposent respect et reconnaissance nous tenons à souligner ici, qu’à une époque où la politique du handicap n’en était qu’à des balbutiements c’est elle, Simone Veil, qui en juin 1975 en sa qualité de ministre de la santé et des affaires sociales a défendu le texte qui a servi de référence à la création d’une vraie politique du handicap autour d’axes fondamentaux tels que : le droit au travail, la garantie d’un minimum de ressources, le droit à l’intégration scolaire et sociale. L’accessibilité n’était pas ignorée, mais ici peut être plus qu’ailleurs, les freins sont encore multiples.

    Aujourd’hui, 12 ans après la loi de février 2005, pugnacité et militantisme doivent faire partie intégrante de nos hommages. Sachons les mettre au service de l’inclusion. En 1975, Madame Veil ne connaissait peut-être pas ce mot, mais l’esprit de la démarche est resté le même.

    *****

    Lien vers le communiqué de presse de l’APF : https://www.apf.asso.fr/sites/default/files/cp_mort_simone_veil.pdf?token=bPyWKXsM

    Lien vers l’article publié par l’APF :  http://www.faire-face.fr/2017/06/30/simone-veil-handicap/ 

  • 8 mars : Journée internationale des droits des femmes

     

    Parents  soyons vigilants cet article peut aussi nous concerner, nous et nos filles. Il doit nous interpeller

    Femmes, handicaps, violences

    (Chantal Bruno, Présidente de Coface-Handicap)

     

    Aborder la question du non respect des droits des femmes offre l’embarras du choix, hélas. Violences et handicap en font partie.  Et si on parle peu (mais jamais assez) des violences faites aux femmes, on parle encore moins des femmes handicapées et on ne parle presque jamais des femmes handicapées victimes de violences…

    Parce que nos préjugés, attitudes, comportements et différentes façons de considérer les femmes et les personnes handicapées se sont infiltrés dans nos modes de vie. Parce que nous trainons un passif de 2000 ans d’histoire(s) dans le domaine du handicap et du genre féminin.

    Parce qu’être une femme, tout comme avoir un handicap aujourd’hui, c’est faire partie de groupes historiquement dominés et discriminés dans tous les domaines de la vie. Depuis toujours, sous prétexte de ‘’faiblesse constitutionnelle’’, de besoin de protection (et de contrôle) d’impuretés, de péché ou de diabolisation,… les femmes tout comme les personnes handicapées ont été et sont encore, ici ou là et à divers degrés assujetties, exploitées, violentées, traitées différemment, harcelées, exclues, privées de droits, etc. etc., car, peut-être pas tout à fait humaines1 car, peut-être pas tout à fait dignes.

    Différents combats et prises de conscience ont permis des progrès et il est vrai que les conditions de vie des uns et des autres se sont nettement améliorées ces dernières décennies (mais pas partout). Pour autant, leurs droits ne sont pas toujours respectés ou exercés, loin s’en faut.

    De fait, être femme et handicapée est un cumul singulièrement funeste. Un carrefour dangereux, un croisement fatal, une intersection malheureuse du genre et du handicap. Deux discriminations cumulées qui créent une situation de vulnérabilité singulière où le risque de violences est multiplié2 : comme si la vulnérabilité était un creuset où se fabriquaient aussi bien la compassion que la violence. Comme si à la jonction de la rencontre du genre et de ce que l’on appelle handicap se jouait l’humanité que l’on reconnait à l’autre, … ou pas.

    En France, 72 % des femmes handicapées seraient victimes de violences3, que celles-ci soient médicales, verbales, physiques, psychologiques, sexuelles, économiques, conjugales...

    La Convention d’Istanbul (2011)4 reconnait le caractère structurel de ces violences.

    Pour la Commission européenne il est nécessaire d’adopter le principe de « l’intersectionnalité » dans la législation sur la lutte contre la discrimination, puisque les femmes handicapées ne peuvent généralement pas déposer de réclamation pour des raisons de discriminations multiples, mais sont tenues de choisir entre les discriminations fondées sur le genre ou sur le handicap5.

    La Convention internationale des droits des personnes handicapées, de son côté, insiste sur les droits des filles et des femmes handicapées6 tant est important de s’attacher à améliorer le sort des femmes handicapées dans tous les domaines. Il est réellement nécessaire et urgent d’informer et de sensibiliser chacun(e) d’entre nous, à tous les niveaux, sans oublier les filles et les femmes en situation de handicap, avec des approches pédagogiques adaptées et répétées aux diverses déficiences et à tous les âges de la vie. Tout cela dit l’importance de l’éducation, du rôle des professionnels, des familles et celui du planning familial par exemple... mais aussi celle de la plus petite des initiatives à promouvoir et à faire connaître.

    Ainsi, dans cette année 2017 débutante, nous devons renforcer la réflexion balbutiante que nous avons à propos de la réalité des attitudes et des comportements sexistes envers toutes les filles et les femmes y compris celles que l’on dit handicapées dans tous leurs espaces de vie (harcèlement de rue, institutionnel, familial, professionnel…). Nous avons d’immenses progrès à accomplir !

     

    Mais aussi : Plus que quelques jours pour être candidat au GNP-APF . Parents, lisez le billet ci dessous et candidatez ! Le 10 mars il sera trop tard !

     

     

    1. supposition assumée par l’auteure
    2. 36% de femmes valides déclarent avoir été maltraitées contre 72 % de femmes handicapées !!
    3. Le « Rapport final d’évaluation du 4ème plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes du Haut Conseil de l’Egalité entre les femmes et les hommes » (2016)
    4. qui porte sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique
    5. Étude sur la situation des femmes handicapées à la lumière de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (VC/2007/317)Rapport Final pour la DG Emploi, Affaires sociales et Égalité des chances de la Commission européenne
    6. Article 6 de la Convention Internationale sur le droit des femmes et filles handicapées : Les États Parties prennent toutes mesures appropriées pour assurer le plein épanouissement, la promotion et l’autonomisation des femmes, afin de leur garantir l’exercice et la jouissance des droits de l’homme et des libertés fondamentales énoncés dans la présente Convention[1].
  • Vous avez dit "Enfant handicapé ?"

    A visionner absolument !

    "Mais qu'est ce que je vais faire avec ?" ...

    On ne change pas ce qui nous arrive, mais à nous de choisir d'être victimes ou pro actif !

    Sachons dépasser le problème pour en faire un défi ...

    A partir du diagnostic, allons au delà du pronostic ...

    Vous êtes vous demandé pourquoi un enfant en situation de handicap a souvent moins d'heure de scolarité que les autres ? ...

    Prenez la vingtaine de minutes nécessaire pour regarder cette vidéo et ne baissons plus les bras : 

    https://www.youtube.com/watch?v=kMbsS6-tvrI 

    -*-*-*-*-*-*-*-*-

     11 fevrier : Anniversaire de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.