16 août 2017

Un AVS pour tous ?

Un article à lire impérativement. (Suivre le lien)

Handicap, les enfants qui en ont besoin seront aidés à la rentrée

Dans cet article du journal LA CROIX (27/07/2017) Sophie Cluzel, Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée des Personnes handicapées affirme être en mesure de fournir un assistant de vie scolaire à tous les enfants dont les familles en ont fait la demande, sous réserve de l’accord des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

Parents concernés, cette annonce ne peut que nous rassurer, mais comme « chat échaudé craint l’eau froide » le « sous réserve de l’accord des Maisons départementales des personnes handicapées » a tendance à freiner quelque peu notre enthousiasme.

Par ailleurs, la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées indique vouloir tout mettre en œuvre pour que l’Allocation adulte handicapé augmente significativement dès 2018.

 

11 août 2017

Bachelier, mais après ?

Ils sont 67000 selon un magazine au tirage national, 65000 selon TF1 et 65431 plus officiellement, dont la moitié, nouveaux bacheliers à se retrouver aujourd’hui sans affectation dans l’enseignement supérieur. Un « énorme gâchis » comme l’aurait déclaré la ministre.

Il ne nous appartient pas ici de dire à qui incombe la faute, mais l’impéritie des dirigeants accumulée depuis des décennies n’y est certainement pas étrangère. Trop de gouvernements se sont attachés à imaginer leur propre réforme sans attendre les résultats de celles précédemment initiées. Et par le fait, nos jeunes se trouvent dans une situation qui les oblige à s’adapter à un système mal pensé alors que ce devrait être le contraire. Comment peuvent-ils envisager sereinement leur avenir quand ils se retrouvent devant un grand vide, ou embarqués dans des formations qu’ils n’ont pas souhaitées et peut-être même exècrent.

Des propos ministériels qui se veulent rassurants affirment que tous les bacheliers trouveront une place, mais qu’il faudra dans certains cas attendre jusqu’au mois de septembre.

En ce qui nous concerne, s’il est vrai que les étudiants en situation de handicap représentent plus de  1% des effectifs globaux, on peut estimer qu’ils sont près de 700 jeunes handicapés qui vont devoir entamer un parcours du combattant supplémentaire.

Parents, nous ne demandons pour eux aucun passe droit, leur galère est la même que celle des autres, mais mobilisons nous pour exiger que, comme pour tous leur affectation se fasse en fonction de leurs souhaits et qu’il soit au moins veillé à ce qu’elle soit en correspondance avec leur handicap tant sur le fond que sur la forme. Il est par ailleurs nécessaire que l'ensemble des éléments de compensation soit à leur disposition pour qu'ils puissent mener leurs études dans un environnement accessible sur tout le territoire.

De plus, c'est déjà très compliqué lorsque les affectations tombent en juin (quasiment impossible d'ailleurs s'il y a un changement de ville), alors que dire de septembre avec une rentrée dans la foulée.

Nous ne manquerons pas de dénoncer ici toutes les décisions dont nous aurons connaissance qui transgresseraient ce principe.

06 août 2017

30ème Journées Nationales Polyhandicap APF/HANDAS

Témoignage :

En ma qualité de parent élue du Groupe National Parents d'enfants en situation de handicap d l’APF, j’ai été invitée aux 30ème Journées Nationales Polyhandicap APF/HANDAS* qui se déroulaient à Bordeaux du 14 au 16 juin 2017. Le thème de cette année était « l’adaptation dans tous ses états** : de la contrainte à la créativité ».

Par ces quelques lignes je voudrais vous faire part de mon ressenti en temps que parent «invité».

Au tout début, je pensais ne pas avoir ma place parmi les professionnels présents car ces journées, leurs étaient destinées. Je remercie pour cela, le comité d'organisation de m’y avoir associé. Et puis en discutant avec eux sur les problématiques que les parents rencontraient, j’y ai trouvé un sens.

Pourquoi de telles pensées "je pensais ne pas avoir ma place" ou "j'y ai trouvé un sens" ? - Imaginez-vous, parent.... Dans une salle de 200 professionnels salariés d’établissement APF où chacun d'entre eux se confie, tour à tour, avec sincérité, de ses erreurs comme de ses réussites ; et que « vous » parents vous êtes avec eux. Je me suis sentie l’intruse, mais je les ai écoutés avec attention et j'ai pris quelques notes.

Lors des ateliers, je me suis rapprochée de ces professionnels participant et nous avons pu échanger sur différents sujets comme la confiance du parent vis a vis du professionnel, et là : c'était formidable.

Une directrice ma confiée que son équipe n'avait pas le droit d'avoir le téléphone portable sur soi pendant le travail, mais qu'elle (la directrice) instaurait un climat de confiance avec les parents et pour les rassurer, prenait des photos des enfants pour les envoyer aux mamans,

Quoi de mieux pour nous parents qu'une photo avec le sourire de nos jeunes pendant l'activité ? – Rien de comparable avec le traditionnel simple mot sur un cahier. Et il ne s’agit pas d’un cas unique...le directeur de l'établissement de ma fille m'envoyait  également  des photos d'elle, pendant les moments festifs !!

J’ai été agréablement surprise que la place de la famille ait été mentionnée à chaque présentation par les différents professionnels. Des mots forts comme : « On va apprendre de la famille ou alliance famille/équipe ». Une véritable co-construction tripartie (jeune, équipe professionnelle et parents) autour du projet de la personne accueilli.

J’ai aussi appris qu’une maison d’accueil spécialisé MAS à Argelès avait instauré un accueil « a la carte » en fonction du projet de vie de la personne et de sa famille,

Ces journées m'ont permis de « palper, découvrir » une autre approche des professionnels avec leur créativité, leurs réussites, les difficultés qu’ils pouvaient rencontrer et les contraintes que pouvaient engendrer les absences de leurs collègues sur les divers projets portés par les équipes et la direction pour le bien être de nos enfants.

Merci a eux, de ce beau partage.

*****

*APF, vous connaissez, mais Handas ? – HANDAS était une association, proche de l’APF, gestionnaire d'établissements et services pour enfants et adultes en situation de polyhandicap. Depuis janvier 2011, tout en conservant ses activités Handas a fusionné avec l’APF,  tout en y créant un comité HANDAS.

** Rien à voir avec le livre du même nom qui traite des IHM (Interactions hommes machines). Mais faut-il imaginer un sous-entendu ? - Parents, professionnels ou enfants aucun de nous n’est une machine.