23 juillet 2015

Lutte contre l'lletrisme

Selon l’ANLCI (Agence nationale de la lute contre l’illettrisme): « On parle d’illettrisme pour des personnes qui, après avoir été scolarisées en France, n’ont pas acquis une maîtrise suffisante de la lecture, de l’écriture, du calcul, des compétences de base, pour être autonomes dans les situations simples de la vie courante. »

Selon l’APF (notre association) : « Pus de 3 millions de personnes éprouvent en France, de graves difficultés à lire, à écrire et à calculer bien qu'elles aient été scolarisées. L'illettrisme peut isoler, freiner l'insertion sociale ou encore limiter l'accès à l'emploi. Véritable handicap social, il touche d'autant plus les personnes handicapées que celles-ci sont souvent à la merci de ruptures dans leur parcours et notamment dans leur scolarisation ».

Pour leur redonner le goût d'apprendre, notre délégation départementale du Rhône vient de produire un film documentaire regroupant différentes initiatives de ses établissements    Apprentissage & Handicap – documentaire

Parce qu’il est souhaitable de redonner envie aux personnes en situation de handicap qui ont souvent des ruptures de parcours notamment dans leur scolarisation, l’envie d’apprendre sans forcément atteindre un niveau, la délégation du Rhône a souhaité rassembler les différentes initiatives de ses établissements et services dans un documentaire de 54 mn (suivre le lien)

REGARDER LE DOCUMENTAIRE Ce film est un outil de sensibilisation notamment auprès des centres ressources départementaux de lutte contre l’illettrisme pour faire prendre conscience des situations d’illettrisme au sein de la population handicapée. Il permet de découvrir :

·         l’atelier informatique développé par le SESVAD ;

·         l’atelier jeux de mots mis en place par la délégation ;

·         l’expérience de la formation en lien avec le centre social Bonnefoy à la Guillotière ;

·         la scolarisation des jeunes polyhandicapés de l’IEM Les Papillons à Villeurbanne ;

·         le plan de formation des travailleurs handicapés de l’entreprise adaptée de Villeurbanne.

Des idées à reprendre pour contribuer à la lutte contre l’isolement, pour la participation sociale et la citoyenneté des personnes en situation de handicap. http://www.apfrhone.fr/lutte-illettrisme-rhone-handicap/

20 juillet 2015

En vacances, pensons à la rentrée

Extraits de la circulaire RENTREE 2015 (Education Nationale)

 

Pour répondre à l'exigence d'une école inclusive, les élèves dont les difficultés scolaires relèvent d'un trouble des apprentissages peuvent désormais bénéficier d'un plan d'accompagnement personnalisé (Pap). Un document type national est mis à disposition des équipes afin de les accompagner dans la prise en compte des besoins de l'élève. Des évolutions réglementaires permettent une meilleure prise en compte des élèves en situation de handicap tout au long de leur scolarité, tandis que le soutien de la Caisse nationale d'allocations familiales aide à leur accès aux activités périscolaires. (Ndlr : Optimisme ?)

Le projet personnalisé de scolarisation (PPS) et le guide d'évaluation des besoins de compensation en matière de scolarisation (Geva-Sco) favorisent un dialogue accru entre les familles, les équipes éducatives de suivi de la scolarisation et les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) ; ils garantissent aussi l'harmonisation des procédures et des décisions au plan national.

S'agissant de la scolarisation des élèves en situation de handicap, pour favoriser la continuité des parcours et harmoniser les pratiques entre le premier et le second degrés, la nouvelle circulaire sur les unités localisées pour l'inclusion scolaire (Ulis) redéfinit les classes pour l'inclusion scolaire (Clis) qui deviennent des « Ulis école ». Désormais appelés « Ulis école », « Ulis collège » et « Ulis lycée », ces dispositifs ont vocation à accompagner les élèves en situation de handicap vers une meilleure insertion professionnelle.

Enfin, les élèves ayant une notification d'aide humaine individuelle ou mutualisée bénéficient d'un accompagnement par des personnels recrutés à cet effet et formés.

5000 accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) se sont vus proposer un CDI en 2014-2015, ce mouvement se poursuit cette année et permettra à terme aux 28 000 AESH de bénéficier d'un CDI. Par ailleurs, à la rentrée 2015, 100 unités d'enseignement (UE) supplémentaires, actuellement situées dans les établissements médico-sociaux, seront relocalisées au sein même des établissements scolaires, ce qui portera leur nombre total à près de 300.

 

Source : http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=89301

14 juillet 2015

Quid du parcours de citoyenneté pour les jeunes en situation de handicap ?

En ce jour de 14 juillet .

Le parcours de citoyenneté remplace bientôt depuis 20 ans la conscription et le service militaire. Il comporte trois étapes dont les deux dernières concernent aussi les jeunes en situation de handicap :

1.      L’enseignement de la défense par l’Education Nationale dans les classes de 3ème et de 1er.

2.       Le recensement en mairie dans les 3 mois qui suivent le 16ème anniversaire : sauf cas très particulier, toute personne (garçon ou fille) de nationalité française ou l’ayant doit se faire recenser entre la date de ses 16 ans et la date de ses 18 ans. L’attestation de recensement est à conserver soigneusement. Elle est obligatoire pour toute inscription à un examen ou un concours soumis au contrôle de l’autorité publique (CAP, BEP, BAC, Permis de conduire …)

3.      La JDC (Journée Défense et Citoyenneté)  obligatoire pour les garçons et les filles entre le recensement et les18 ans. Elle permet entre autres choses de rappeler à chacun que la liberté à un prix. En fin de journée, un certificat de participation est remis. Comme l’attestation de recensement, il est obligatoire pour l'inscription aux examens et concours soumis au contrôle de l'autorité publique.

En cas de handicap ou de maladie invalidante, si l’intéressé souhaite être exempté ou ne peut pas participer à la journée défense et citoyenneté, il convient de présenter  la carte d'invalidité (80% minimum) ou un certificat médical récent délivré par un médecin agréé auprès du Ministre de la défense, indiquant l’inaptitude définitive à participer.

Bon à savoir : Certains CSN  (Centre du Service National) organisent des journées spéciales à l'attention des jeunes atteints d'un handicap et non exemptés