Scolarité/Etudes - Page 5

  • Rentrée des enfants en situation de handicap ?

    Rentrée 2017 : où en sont nos enfants en situation de handicap ?

    Voir aussi la rubrique Vu sur le net (à droite de l'écran)

    Quelques semaines après la rentrée il semblerait que tout ne soit pas allé au mieux partout. On entend ça et là et beaucoup trop souvent encore l’évocation d’enfants qui n’ont pas leur AVS. La disparition des emplois aidés n’y est certainement pas étrangère même si le problème est récurent à chaque rentrée et remonte bien avant l’annonce de la réduction du nombre des dits emplois aidés.

    Combien nos enfants seront-ils cette année ? Nous n’avons pas encore de chiffres, mais en 2016 de source officielle ce sont plus de 300 000 élèves en situation de handicap qui étaient scolarisés dans les écoles et établissements publics et privés de l’Éducation nationale, soit une augmentation supérieure à 7% par rapport à 2015. Une croissance que l’on devrait retrouver cette année.

    Pour accompagner ces jeunes scolarisés on nous annonce cette année 80 000 postes :

    • 50 000 en qualité d’AVS sous contrat aidé, maintenus pour la circonstance
    • 30 000, soit 8 000 de plus que l’an dernier, AESH avec un contrat CDI d’accompagnant d’élève en situation de handicap. La plupart de ces nouveaux AESH seraient des anciens AVS.

    Avec notre association, et comme de nombreuses autres, nous l’avons dit et redit le statut d’AVS est beaucoup trop précaire pour répondre pleinement aux besoins de nos enfants et à nos attentes. Tous les accompagnants doivent à terme être des AESH en contrat CDI avec l’éducation nationale.

    Il semblerait que nous ayons été entendus : un peu ? beaucoup ? – Qui sait, mais il a été dit que « le statut des accompagnants sera réétudié par le ministre de l’Éducation nationale et la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées ».

    Nous ne manquons pas de souligner aussi la promesse qui avait été faite pour la rénovation de la formation des enseignants spécialisés avec une entrée en application à la rentrée 2017.

    Où en sommes nous à ce jour, ne manquez pas de nous raconter votre rentrée, bonne ou moins bonne, nous la reprendrons ici ou peut-être dans notre BIP (Bulletin d’information des parents).

    Affaire à suivre, et quoiqu’il en soit, parents d’enfants scolarisés, nous vous souhaitons le meilleur des premiers trimestres possible

    Le GNP/APF

  • La (les) galère(s) des études

    Bien loin d'un long fleuve tranquille ...

    Selon France Info il semblerait que « seuls 6% des étudiants obtiennent un logement universitaire» et que, « à quelques semaines de la rentrée, beaucoup de jeunes cherchent encore un toit pour l'année scolaire. »

    Dans ces conditions bon nombre de nos enfants en situation de handicap, s’ils sont en mesure de se lancer dans des études supérieures n’ont plus à faire face à une galère : c’est toute une flottille qu’ils doivent affronter, et ils ne sont pas les seuls. Les syndicats d’étudiants seraient d’ailleurs sur la brèche.

    En ce qui concerne nos fils et nos filles peut-être maintenant majeurs, tout à commencé dès la maternelle et il n’est pas utile de le ressasser ici. Restons en plutôt aux vicissitudes liées aux aménagements d’examens, avec ou sans AVS. Puis arrivés au bac, rajoutons les possibles soucis d’affectation pour des milliers de lauréats pas forcément en situation de handicap, voir notre blog du 11 août dernier. Et maintenant il faut affronter la difficile quête d’un logement décent et adapté, en ce qui les concerne.

    Au fait, j’oubliais les 5€ d’aide au logement en moins*.

    Mais comme a dit Einstein : « La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. »

    Alors, parents, quel que soit le handicap qui touche nos enfants, essayons de ne pas baisser les bras et ne restons pas seuls, ça aide.

    *APL : nous proposons une solution : Pourquoi les propriétaires ne pratiqueraient t’ils pas une baisse équivalente, puisque l’on nous rebat les oreilles en disant que les aides font augmenter les loyers ?

  • Transport adapté = Problèmes ?

    Une rentrée tranquille !

    A ce propos une maman nous a écrit :

    La semaine dernière la MDPH de mon département nous a informés par courrier que la demande de transport adapté pour ma fille avait été refusée.

    A croire que son handicap avait disparu pendant l’été.

    Un appel quasi immédiat à la MDPH m’apprend que « ce n'est qu'un avis » et que le service des transports scolaires du département peut passer outre.  Sans perdre un instant je tente de joindre par téléphone le service et faute d’interlocuteur et de réponse j’adresse un mail à plusieurs personnes du dit service.

    Au bout d’une semaine, en l’absence de réponse je retente ma chance au téléphone. Il est 10 heures et j’obtiens le service qui après m’avoir écouté s’engage à me rappeler. N’ayant rien reçu en milieu d’après midi, j’appelle à nouveau et là, mon interlocuteur du moment m’affirme que sans avis favorable de la MDPH ils ne peuvent rien faire.

    Il ne me reste donc qu’à recontacter la MDPH, mais le répondeur m’informe que l’accueil téléphonique est fermé ce jour. Je décide donc dans l’urgence de recourir au courrier électronique et pour la circonstance je n’hésite à multiplier les destinataires. Un seul me répond : « si vous n'êtes pas d'accord,  envoyez un courrier au service juridique » sans bien sûr me donner ses coordonnées que j’obtiendrai grâce à un nouveau courriel.

    A ce jour j’attends une réponse et comme l’école ne saurait attendre c’est moi qui assure le transport … mais pour combien de temps ? – Je vous tiendrai au courant

    Maman « colère »